L'association créée par Edgar Cayce
Edgar Cayce's A.R.E.
  L'association créée par Edgar Cayce : A.R.E. 
  Association for Research and Enlightenment, Inc
.


Le destin


(Causerie organisée à l’Hôpital Cayce, le 1er mars 1931)


Le destin représente l'un des thèmes les plus controversés en philosophie comme en religion. L'être humain cherche depuis toujours à saisir cette notion. D'ailleurs, sa façon de penser a évolué, au cours des temps, avec sa conception du destin.

En permettant de mieux dominer la matière par la connaissance des lois qui la régissent, le progrès scientifique a ouvert de nouveaux horizons et balayé la superstition, la peur et l'ignorance sur lesquelles notre perception du destin reposait autrefois. Néanmoins, nous avons encore du mal à comprendre le vrai sens de la vie et de la destinée.

Jésus de Nazareth et l'ère chrétienne apportèrent un changement notable dans la manière de concevoir le destin. À cet égard, l'enseignement de Jésus diffère de celui de bien d'autres maîtres spirituels, tout en répondant à maintes questions que nous pouvons nous poser. En fait, l'idée que Jésus avait de la destinée se reflète davantage dans Sa façon de vivre que dans Ses préceptes proprement dits.

Soulignons ici qu'il ne convient pas de rejeter la sagesse des grands mystiques professant une religion distincte de la nôtre. Il ne faut pas non plus ignorer le pouvoir de la pensée, ni l'importance de l'astrologie, de la numérologie ou de sciences tombées dans l'oubli. Certes, nombreuses et variées sont les forces qui agissent sur nous et, dans une certaine mesure, nous contrôlent.

Selon les lectures, il existe en chacun d'entre nous une force qui se retrouve dans l'univers tout entier. Lorsque nous distinguons le lien nous unissant à l'ensemble de la Création et que nous nous rendons compte de notre force intérieure, le destin prend une signification totalement différente. En effet, le royaume de Dieu est en nous.

Les forces qui jouent un rôle déterminant dans la vie des êtres humains apparurent au moment où les mondes se mirent en mouvement. Les marées, par exemple, sont dues à l'attraction qu'exercent la lune et le soleil sur les masses fluides du globe terrestre. Tout ce qui existe est directement ou indirectement lié à l'être humain. Ce dernier, tant qu'il est vivant, constitue en fait une image réduite de l'univers.

Quand nous décédons, le corps se décompose et retourne à la terre. Toutefois, si nous cessons de penser par nous-mêmes et que nous nous laissons aller à la dérive, nous mourons d'une façon bien plus terrible. Influencés ou contrôlés par d'autres personnes et par des forces extérieures, nous sommes entraînés ici et là. Un être plein de vitalité et maître de ses pensées connaît le sens de l'expression : " Votre destin repose entre vos mains. " Non seulement il comprend et domine ses propres tendances, mais encore il aide les autres à laisser couler librement en eux le flot de la vie.

Bien des gens, en quête de voies faciles, prennent un repos prolongé dans des mares d'eau stagnante, à l'écart du chemin qui mène au développement personnel et à la croissance spirituelle. Regardez autour de vous : la vie est mouvement, elle est action par excellence. Ôtez les couches protectrices étouffant l'étincelle divine qui luit au plus profond de vous et ayez conscience de votre lien avec l'Esprit Créateur, lequel anime tout ce qui existe.

L'âme acquiert une forme physique en s'incarnant. Le corps est soumis aux lois qui régissent la matière. L'hérédité, le milieu, ainsi que l'astrologie et la numérologie, ont leur importance. Plus nous nous impliquons dans les choses matérielles, plus les lois gouvernant le plan physique ont d'influence sur nous. Comment pouvons-nous donc contrôler notre vie si nous sommes assujettis à tant d'éléments extérieurs ?

La volonté est un attribut de l'âme. C'est elle qui trace notre voie dans l'existence. En d'autres termes, il nous incombe de décider comment nous allons exploiter ce que nous avons à notre disposition. En effet, la manière dont nous mettons en pratique nos talents et notre savoir oriente notre vie. Ayons le courage de nous examiner, afin de voir où nous nous dirigeons. En tant qu'âmes, nous sommes d'essence divine. Le Créateur désire que chacun revienne à la Source. En notre for intérieur sommeille cette même aspiration. Prenons-en conscience et faisons en sorte que cela devienne notre objectif. Nous acquerrons ainsi la force nécessaire pour surmonter les épreuves rencontrées tout au long de notre voyage de retour à Dieu.

Chacun de nos actes, chacune de nos pensées, édifie en nous certains traits. Nous sommes le résultat des traits que nous avons élaborés au cours de notre cheminement. Il en est de même pour tout ce qui compose notre vie. " C'était là mon destin ", affirmons-nous souvent. Jour après jour, nous construisons notre destinée par l'usage que nous faisons du libre arbitre et la façon dont nous mettons en œuvre les forces auxquelles nous sommes soumis.

Moïse est un excellent exemple. Il avait, sans nul doute, une mission particulière à remplir. La Bible raconte que, bébé, il échappa à la mort et fut recueilli par la fille du Pharaon.1 Plus tard, il prit la défense de son peuple qu'il mena finalement hors d'Égypte. Pour quelle raison Moïse dut-il assumer un tel rôle ? Tout simplement pour répondre à une nécessité : les Israélites avaient besoin que quelqu'un les guidât et les enseignât. De cet impératif découla son destin.

Lorsque nous souhaitons ardemment quelque chose et que nous supplions Dieu de nous l'octroyer, nous l'obtenons à condition que notre vie soit en accord avec ce que nous demandons. Les prières sont exaucées de l'intérieur. En effet, si Dieu est partout, Il se trouve a fortiori au-dedans de nous. En priant, nous animons et stimulons l'objet de nos désirs. Nous en hâtons ainsi la manifestation. Ce que nous entretenons dans notre cœur se réalise tôt ou tard, car nos profonds désirs sont autant de prières.

L'on en vient à la foi et à son influence sur le destin. Moïse constitue de nouveau un bon exemple. En prenant la défense des Israélites contre les Égyptiens, il détermina en lui-même quelle serait sa tâche. Dieu lui enjoignit alors de mettre à profit ce dont il disposait. Il s'agit là d'un précieux conseil pour tout un chacun. Si nous souhaitons devenir maîtres de notre propre sort, si nous voulons comprendre et surmonter les difficultés qui surgissent dans notre existence, nous devons tirer parti de ce que nous avons à notre disposition.

La Bible affirme à propos de Jésus : " Bien qu'étant le Fils, il apprit l'obéissance par ce qu'il souffrit. "2 Qu'est-ce que cela signifie ? Selon les Écritures, Il était le Fils de Dieu. Il ne pouvait être rien d'autre et c'était là Son rôle. Mais nous aussi, nous sommes enfants de Dieu. Voici notre nature véritable. Notre position est certes différente de celle de Jésus. Toutefois, si notre âme est un don de Dieu et si nous ne sommes plus des étrangers3, alors il n'existe aucune séparation. Nous ne dépendons nullement des circonstances, car nous sommes héritiers et cohéritiers du royaume de Dieu, au même titre que Jésus.

Si nous sommes conscients de nos possibilités, de notre aptitude à nous unir à la force divine, rien ne peut nous limiter, nous entraver ou nous effrayer. Notre destin dépend de la manière dont nous utilisons ce que nous avons à notre portée. Appliquons-nous à notre ouvrage, quel qu'il soit. Agissons de la sorte à chaque instant, jour après jour, jusque dans les moindres choses, car nos plus petits actes façonnent notre destinée.

Le but de causeries comme celle-ci est d'éveiller en nous nos facultés. Dieu souhaite que tous les êtres humains apprennent à se connaître et qu'ils deviennent un avec Lui. Nous devons faire appel à nos propres qualités, non à celles d'autrui. En effet, notre salut ne dépend que de nous. Notre âme nous appartient, et rien ne peut nous séparer de Dieu si ce n'est nous-mêmes. Quand nous sombrons dans les affres du désespoir, dans ce que nous appelons l'enfer, cela se produit parce que nous interprétons ou employons mal les lois divines. Notre destin émane par conséquent de la mise en œuvre, à bon ou à mauvais escient, de ce que nous avons à notre portée au moment présent ; il ne réside pas dans ce dont nous espérons disposer par la suite.

La plupart des gens pensent que s'ils se trouvaient dans un autre milieu ou si les choses s'étaient déroulées d'une autre manière, leur existence serait complètement différente. Mais le serait-elle vraiment ? " S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront point persuader, même si quelqu'un ressuscitait d'entre les morts ",4 fit remarquer avec justesse le plus grand maître spirituel du monde.

Ne nous imaginons donc pas que notre vie deviendrait soudain merveilleuse s'il se passait tel ou tel événement. Elle ne le pourrait guère. En effet, comme il a été souligné, l'important est d'appliquer le mieux possible ce que nous savons et de mettre à profit ce que nous avons actuellement à notre disposition.



[1] Exode 2.1-10
[2] Hébreux 5.8
[3] Éphésiens 2.19
[4] Luc 16.31



® A.R.E., 2002 Inc. All rights reserved. Edgar Cayce Readings © 1971, 1993, 1994, 1995, 1996 by the Edgar Cayce Foundation.